Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bdsm

Les meringuesLes meringuesTravaillant à l’informatique dans une grosse boîte de développement, je suis amené à rencontrer pas mal de gens, parfois à lier des amitiés avec eux.C’était le cas de Sophie, aujourd’hui 35 ans, que j’avais rencontré sur mon lieu de travail, 1m68, une blonde aux yeux gris, sportive au corps mince souvent en pull moulant et jean serré affichant sa silhouette parfaite ses petits seins discrets et son cul sur lequel on laisserait bien les mains se promener.Nous avions lié une amitié purement platonique étant chacun en couple mais dès le premier jour elle ne m’avait pas laissé indifférent, ces petites grimaces amusantes qu’elle pouvait faire lorsqu’elle butait sur un problème, son large sourire, sa démarche, son odeur.Et puis récemment elle avait rompu avec son mec fâché du sourire qui semblait confondre les dates de séance de câlins avec celle des matches de football avec ses potes, il avait fini par la mettre à la porte de chez elle, et j’avais été là pour lui remonter le moral avec d’autres de ses amis mais pour une raison que j’ignore elle semblait plus me « parler réellement » qu’aux autres peut-être parce que je ne jugeais pas et cherchais toujours le compromis jusqu’à la qui aurait pu sauver son couple ou au moins finir leur histoire sans tempête. À sa décharge il n’avait malgré ses 37 ans jamais vécu en couple et n’avait pas « l’expérience » de la vie à deux.Dernièrement j’avais été chez elle et comme j’avais fait une tonne de meringue avec ma fille je lui avait proposé d’en ramener. Elle adorait ça mais passait son temps à les rater alors elle avait abandonné. Aussi lui proposais-je sans arrière pensée de venir à la maison en faire avec moi 2 semaines plus tard, je serai seul et nous ne serions pas dérangés pendant l’exécution de la recette.À bien y repenser j’aurais du tilter, faut pas être doué pour foirer des meringues, ce n’est pas compliqué à faire et sans être une grande cuistot elle savait faire pas mal de trucs sur lesquels j’aurais certainement séché lamentablement.Elle arriva donc avec quelques œufs, son sourire, ses magnifiques yeux gris en ce début de dimanche après-midi. « Bon sang, si j’étais célibataire, ça fait longtemps que j’aurais essayé de t’avoir pour moi » pensais-je en la voyant arriver toute pétillante.Je la fis entrer fermait la porte derrière elle et comme à l’accoutumé nous nous fîmes la bise de rigueur. Au fond de mon esprit, un petit déclic se fit sentir, elle avait fait les deux bises bien proches de mes lèvres aujourd’hui mais c’était sûrement le fait de n’avoir pas baisé depuis des lustres.Elle avait attaché ses cheveux fins ensemble et certaines mèches retombaient délicatement sur le côté de son visage angélique. Elle portait un pull noir mais pour une fois avait cédé le col roulé pour un col très large qui laissait une de ses délicates épaules dénudée ou aucune bretelle de soutien-gorge n’apparaissait non plus.« Mais non, arrête, si ça se trouve elle a un soutif sans bretelle, tu sais couillon, ça existe et elle est trop belle pour en avoir quelque chose à foutre de toi autrement qu’en ami, la friendzone des rageux testiculaires, va faire ta recette avec elle, quand tu cuisines au moins tu ne penses pas à baiser, obsédé va » fit valoir mon surmoi dans mon esprit.Après un petit café de bienvenue nous nous mîmes à la tâche je sortais le batteur, les saladiers, le sucre, le papier sulfurisé, elles ses œufs « malheureusement pas les miens » pensais-je amusé et commençâmes la recette.Je pesais le sucre tandis qu’elle cassait les œufs et séparait les blancs.« Bon maintenant nous allons les monter en neige, le secret étant d’ajouter le sucre petit à petit afin de garder une bonne consistance générale » dis-je.« Ça, monter en neige, je sais faire » rétorquât-elle avec un sourire en coin en me regardant de biais. Je riais, finalement elle savait tout de même faire quelques blagues de cul, même légères.« J’ajouterai le sucre pendant que tu bats pour que tu vois le dosage à faire à chaque fois » repris-je.Et nous illegal bahis commençâmes.« Incline le saladier vers toi pour avoir plus de masse à mélanger » elle s’exécuta.Petit à petit je versais le sucre glace mélangé à du sucre vanillé.Le fit-elle exprès ou non (évidemment crétin) mais à la dernière dose de sucre elle changea de position et une bonne partie du mélange m’arriva dessus.Nous explosâmes de rire :« Ben dis donc, c’est la première fois que je fais une faciale à un mec je ne pensais pas que ça arriverait un jour » réussit-elle à dire après avoir arrêté le batteur et repris un peu ses esprits.« Pour une première c’est ‘foutrement’ réussi » lui répondis-je.« Attends tu en as sur le visage, baisse-toi un peu » me dit-elle en s’approchant.Et là tout bascula, elle passa d’abord un doigt sur ma joue puis le lécha pour, d’un coup att****r ma tête avec ses deux mains et l’approcher de son visage.« Quelle sensation érotique et sensuelle que celle d’une femme magnifique vous… léchant la joue pour nettoyer les quelques petites giclures que vous avez !?» me dis-je alors que mon corps restait transit, retenant ma respiration, ne comprenant pas si elle était innocemment maladroite dans son geste (perso je ne nettoie pas les gens avec ma langue) ou purement lubrique.J’eus très vite ma réponse quand se lèvres dévièrent de ma joue et vinrent se coller sur les miennes, exhalant son parfum sucré.Ses bras restaient à maintenir ma tête et désormais c’est mon corps qui avait pris la relève, mes bras passaient sous les siens, dans son dos, une main remontant vers sa nuque pour que le contact si doux de nos lèvres adultères ne s’arrête pas encore, l’autre main vers son postérieur que j’avais toujours rêvé de prendre fermement pour attirer le reste de son corps contre le mien.Plaquée contre moi, je sentais sa chaleur et son excitation, je ne l’avais jamais imaginée comme ça. Ma main descendis le long de son sillon fessier où mes doigts pouvaient fermement saisir l’entrejambe par l’arrière à travers son jean, je sentais qu’à cet endroit elle était brûlante, presque moite mais au point où nous en étions, le soldat Gland montrait qu’il n’était pas parti en permission et commençait à afficher un solide garde-à vous vers le sol, coincé dans mon boxer.Elle le sentit et entreprit de glisser une de ses jambes entre les miennes afin de bien le sentir à travers nos pantalons et dans l’intérieur de sa cuisse.« Tu veux jouer, ok » pensais-je pliant la jambe pour que ma cuisse vienne directement en contact avec son pubis alors que mes doigts sur ses fesses commençaient à tirer le jean vers l’arrière afin que l’avant se plaque contre sa chatte.J’entamais des mouvements de va-et-vient avec mon bassin, sa langue qui jusque-là s’était faite délicate se fit soudainement plus agressive, plus ferme, elle s’entortillait avec la mienne plus fougueusement qu’alors, ses bras lâchèrent ma tête, vinrent s’enrouler autour de mon cou. Très vite elle repris la cadence pour l’amplifier et se frotter de plus en plus fort contre ma jambe, faisant également rouler mon sexe tel une brindille dans le ressac.Sa bouche se défit de la mienne pour lâcher quelques gémissements qui n’allèrent pas decrescendo dès lors que mes lèvres vinrent embrasser la fine peau sensible de son cou pour remonter vers le lobe de ses oreilles je lâchais ses fesses et remontait la main sous le pull pour lui caresser largement le dos.« Merde, j’avais vu juste, pas de soutif » ne puis-je m’empêcher de noter.Le contact de ma main brûlante directement contre sa peau attisa encore le mouvement, le soldat voulait qu’on le libère tout de suite mais la sensation de roulis et frottement était tellement agréable qu’en plus de faire les choses correctement, je voulais faire durer le plaisir.C’était une sportive, je pouvais sentir tous les muscles de son dos, pas exagérés non, fins et bien dessinés, mes doigts prenaient un malin plaisir à tous les découvrir, excités par cette sculpture vivante, je les sentais se raidir de plus en plus à mesure que illegal bahis siteleri le plaisir montait en elle, que son bassin semblait vouloir surfer le plus loin que possible sur ma jambe. Elle respirait vite, ses gémissements s’intensifiaient et c’était désormais tout son corps qui ondulait contre moi. Elle allait jouir, il fallait que je l’aide. Je la pris fermement entre mes bras afin qu’elle ne tombe pas, elle comprit le geste se frotta de plus en plus vite contre moi, ma queue avait commencé à lâcher une quantité impressionnante de pré-sperme et souillé mon boxer. Elle gémit plus fort puis une longue plainte jouissive à écouter, cette plainte qui dit « c’est trop tard, même si tu la lâches maintenant son orgasme a commencé » elle m’étreint comme pour ne pas tomber, ses jambes se resserrent sur la mienne, je la tient fermement, elle le sent, sait qu’elle peut avoir confiance et libère son orgasme, sa plainte devient un râle de jouissance et peut-être parce que le mouvement de son bassin se ralenti, je sens que son entrejambe est brûlant.Nous restons ainsi une bonne minute le temps que son orgasme passe et que mon sexe qui n’aurait peut-être pas tenu beaucoup plus longtemps récupère un peu aussi.Je l’embrasse délicatement pour la faire redescendre en douceur, ses baisers se font plus longs, très doux, son corps se détend.Ses mains délicates lâchèrent enfin mon cou, repassant sous mes bras pour venir agripper mes fesses.« Ho putain merci, depuis le temps que je n’avais pas joui, ça fait du bien ! Mais c’est ton tour maintenant, on va joindre l’utile à l’agréable, tu vas étaler la préparation pendant que je m’occupe de monter tes blancs en neige» dit-elle avec un regard lubrique.J’avais déjà préparé les plaques de cuisson et le papier sulfurisé, il ne restait plus qu’à faire des petites meringues désormais aussi acquiesçais-je avec un sourire et pris le saladier et une cuillère.Elle se mit prestement à genou, le visage à hauteur de ma braguette, entreprit de défaire les boutons et tomber le pantalon. Je ne voyais pas ce qu’elle faisait mais je ne le sentais que trop bien, ses doigts fins allaient et venaient délicatement le long de ma verge à travers mon boxer. Elle semblait sentir exactement où il fallait caresser, où appuyer, à quelle vitesse, elle semblait savoir qu’une bite n’est pas aussi simple que la légende veut bien nous le faire croire. La sensation était exquise, chaque passage de ses doigts à des endroits précis m’empêchaient de ‘faire mon boulot tranquillement’.Puis elle vient passer quelques doigts par dessus l’élastique de mon boxer pour le faire glisser le long de mes jambes. Je m’empressais de terminer de disposer la pâte sur la plaque de cuisson et je terminais alors même qu’enfin mon boxer arrivait à mes chevilles, je posais tout, fermais les yeux et savourais.Une de ses mains enveloppa mes couilles et commença à délicatement les malaxer, l’autre s’enroula autour de la base du gland, le titillant pour le raidir encore plus, je sentais son souffle chaud pas loin. Je me laissais porter par cette douce sensation d’avoir une beauté dont j’ignorais l’expertise en sexe s’occuper de mon plaisir égoïste.Elle commença donc à me branler doucement et fermement avec des gestes amples, mon sexe qui n’avait pas tellement diminué en taille depuis notre dernière « bataille » réussi à grandir et s’élargir encore entre ses mains expertes. Elle avait ainsi recouvert toute ma queue de mes propres fluides et semblait prendre un malin plaisir à ne pas le mettre en bouche tout de suite mais continuer sa délicieuse torture manuelle. Elle insistait sur certains points et se faisait maintenant plus ferme, elle me caressait le périnée en même temps que les testicules. Je sentais que mon bas ventre se contractait en une boule de plaisir qui allait éclater, à ce rythme, dans peu de temps, je ne pû m’empêcher de lâcher un gémissement profond. Sentant les soubresauts de ma verge devenir de plus en plus fréquents elle décida de passer au stade supérieur et sa bouche canlı bahis siteleri emprisonna mon membre, une douce chaleur se répandit tout autour de ma verge, sa langue s’affairait, allait aux endroits les plus sensibles, j’avais l’impression que mon sexe grandissait encore dans sa bouche.Elle me branla plus fermement et aspirait en rythme, de délicieux frissons me parcouraient tout le corps, la colonne vertébrale et à mon tour je gémissais de plus en plus fort, elle savait y faire, je sentais que je ne tiendrais plus longtemps du tout, mes sensations s’emballaient mon périnée accélérait ses contractions intensifiant mon plaisir et approchant de la limite où plus rien ne peut être stoppé.« Attention, je vais venir » haletais-je entre deux gémissements tout en essayant de me dégager de sa bouche.Mais elle continua sur le même rythme. J’étais à la limite, mon esprit flottait, peut-être n’avait-elle pas entendu ?« Je vais jouir, retire-toi » dis-je plus fort en gémissant et essayant à nouveau de retirer ma queue de cette bouche experte.Pour toute réponse j’eus un « hon hon » négatif émis par une bouche pleine qui ne voulait rien lâcher, pire sa main lâcha mes bourses et passa entre mes jambes pour att****r mes fesses, son majeur glissé dans ma raie et plaqué contre ma rondelle elle me ramena fermement vers elle.Je venais d’avoir son autorisation pour tout lâcher en elle, je me détendais complètement, mon orgasme sembla continuer d’enfler démesurément quand tout à coup, dans une grande contraction ma barrière céda, le plaisir explosa en moi, l’orgasme était dévastateur, au même moment elle avait compris que ça arrivait et décida de caler son rythme sur celui de mes contractions, je crois que j’ai hurlé de plaisir tellement c’était divin, la pipe du siècle, elle reçut une bonne demi douzaine de longues giclées brûlantes de mon plaisir, mes jambes ne me portaient plus et seuls mes coudes sur le plan de travail me permettaient de rester debout.J’ai eu l’impression que mon orgasme durait une éternité, mon cœur battait la chamade, ma respiration était toujours courte, j’étais en sueur et continuait de me gober avec d’amples mouvements pour faire durer le plaisir tout en me masturbant fermement mais sans toucher les parties devenues trop sensibles. Une experte je vous dis.Elle me garda en bouche encore longtemps massant ma verge de ses lèvres, caressant de sa langue, jouant avec la pression sur mon anus. La jouissance était passée mais la descente était tout aussi agréable dans un registre plus câlin.Enfin elle lâcha mon chibre qui ne valait désormais plus grand chose et avait perdu de sa superbe, le pauvre avait tout donné, se releva et vint m’enlacer de ses bras.« J’aime bien ton sperme, il est sucré, pas amer comme chez d’autres » fit-elle.Je ne m’attendais pas à ce genre de parole, décidément elle est très déstabilisante.« Merci pour ce moment, répondis-je, jamais je n’aurais crû le vivre un jour et avec une telle perfection, j’en suis encore tremblant ».« Ça faisait longtemps que j’avais remarqué que je te plaisais et que tu avais toujours été respectueux pour ne pas essayer de m’entreprendre quand j’étais en couple. À partir d’aujourd’hui ça paie » dit-elle.« Comment ça, ‘ça paie’ ? » demandais-je sans comprendre le sens de sa phrase.« Disons que j’ai bien réfléchi, tu ne veux pas quitter ta femme parce que tu as peur de ne plus voir ta fille mais ta femme ne te touche plus depuis trop longtemps et, bien que je sache pertinemment qu’on ne pourrait vivre ensemble car nos caractères, ta douceur et ton sexe me conviennent parfaitement, du coup ça ne me gêne pas qu’on s’envoie en l’air de temps à autre » confessât-elle.« C’est un sacré cadeau que tu me fais là ! Je ne sais pas quoi dire d’autre que ‘merci’ tout simplement » lui avouais-je.Nous nous embrassâmes de nouveau.Ha oui, c’est bien beau tout ça mais en attendant les meringues ne sont pas cuites hein !Ne vous inquiétez pas j’essaierai de publier la suite directe de la fiction si ça vous a plu avant février si je trouve le temps. En attendant merci d’avoir et de ne pas vous être dit :« Rhooo nan, plus que 10 lignes ??? › TL;DR »N’hésitez pas à lâcher vos comm’ si vous avez aimé (ou pas d’ailleurs), je suis ouvert aux critiques dès qu’elles sont constructives 😉

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Kategoriler: Sex Hikayeleri

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

maltepe escort ankara escort sakarya escort sakarya escort kartal escort ümraniye escort bostancı escort atasehir escort sakarya escort sakarya escort şişli escort pendik escort gaziantep escort didim escort mersin escort maltepe escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan izmir escort bayan izmir escort maltepe escort ankara escort izmir escort ensest hikayeler konyaaltı escort ankara escort bayan gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort güvenilir bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis canlı bahis sakarya escort webmaster forum